Hommage et partage - Ernest Olivié - Grande Guerre 14-18

Aller au contenu

Menu principal :

Hommage et partage

Prologue

Prologue de Jean-Marie FOULQUIER.


100 après
….. notre père René et nous quatre, Yves, Marie-Thérèse, Régine, Jean-Marie,  avons décidé de créer ce site pour rendre hommage à notre oncle et grand-oncle Ernest Olivié, prêtre brancardier, héros de la guerre 14-18,   ainsi qu’à tous ceux qui ont vécu cette période tragique, et pour créer un lieu de partage de ce moment d’Histoire avec tous ceux qui  le souhaitent.


HOMMAGE
A ERNEST.

Ernest, animé par une foi profonde, a vécu ses 3 ans de guerre avec une grande abnégation, un courage inébranlable et une modestie permanente.  Il a reçu  4 citations pour des faits  de bravoure exceptionnels, et enfin donné sa vie au service des autres à quelques mois seulement de l’armistice, le 1er mai 1918,  au Mont Rouge ( Belgique ), dans l’une des plus terribles batailles de la Grande Guerre, livrée par son régiment ,  le 96° d’infanterie.

Il nous a légué une somme considérable de documents,
- d’abord des dizaines de lettres échangées avec sa famille et ses amis,
- 12 CARNETS DE ROUTE, écrits au jour le jour pendant ses 3 ans au combat,
- et des notes diverses dont en particulier :
    - une admirable note écrite le jour de la déclaration de guerre, où il perçoit déjà la dimension de la tragédie qui se prépare,
    - son émouvant  testament,  rédigé juste 2 jours avant sa mort, qui étonne par sa vision, son détachement,  son soin du détail et l’amour qu’il porte à ses proches.

Dès la déclaration de guerre,  il a choisi de s’engager à fond dans le conflit, et de faire don de sa personne sans compter. Sa vie sera courte mais dense. Il veut réaliser une œuvre marquante.  Sa fin tragique au front est l’aboutissement
pressenti et accepté de cette Grande Œuvre.


A travers Ernest, nous voulons honorer  aussi les millions d’autres jeunes gens tués ou blessés dans cette horrible boucherie. Dans cet état d'esprit, nous avons répertorié chacun des compagnons d'infortune qu'Ernest cite dans ses carnets, pour tenter de mieux les identifier et faire un travail de mémoire sur eux aussi.

******


SAUVEGARDE
Profonde gratitude  à tous ceux qui ont contribué à transmettre l'œuvre d'Ernest Olivié :

** Son père  Jean-Baptiste (notre arrière grand-père), élève ses sept enfants dans la forte tradition chrétienne qui règne en Aveyron à cette époque. Il meurt hélas d’un accident en 1916.

** Marie, la mère d'Ernest,  a alors 3 fils et 2 gendres à la guerre. Elle  doit faire tourner la petite ferme et subvenir aux événements. Après la mort d’Ernest, elle a su conserver précieusement l’ensemble des documents qui lui ont été retournés avec son cercueil. Elle meurt à 87 ans et peut enfin reposer en paix avec son mari et son fils Ernest au petit cimetière de Glassac.
A travers Marie nous voulons aussi honorer toutes ces femmes dans les provinces profondes, durement touchées par l’absence de leurs jeunes hommes, et par les lourdes pertes et sacrifices  que les combats infligent à ces familles paysannes.



** Sa sœur Clémence (notre grand-mère) aide sa mère veuve pendant le conflit. Elle échange de nombreuses lettres avec son frère, où elle exprime dans un  français  très correct des sentiments d’une grande noblesse (rappelons qu’à l’époque l’occitan - le patois - était parlé le plus souvent au quotidien). Quand sa mère Marie meurt et que la maison natale est vendue, Clémence et son mari Paul récupèrent et conservent en bon état les lettres et les carnets dans leur nouvelle demeure, aux Costes.




**
Son neveu René (notre père) est passionné par le passé familial et local. Il profite alors de sa retraite pour se plonger dans le paquet de documents d’Ernest. Pendant 7  ans, il  déchiffre, trie, classe et associe tous ces éléments.  Animé par ses talents littéraires poussés et, d’une belle écriture, il va retranscrire et mettre en forme ces documents sur trois cahiers manuscrits, agrémentés de sa préface si pertinente et d’une émouvante conclusion rédigée enfin en 1999.




René et son épouse Odile vivent toujours aux Costes-Basses ( canton de Conques ). En 2014, ils ont fêté leurs 70 ans de mariage,  entourés de leurs 4 enfants, 8 petits- enfants et 9 arrière petits- enfants !!





**
Yves, fils aîné de René,   montagnard de cœur, reprend peu après le flambeau. Avec son épouse Monique, il entreprend de rédiger un livre complet plus explicite et attractif. Ils vont  pendant 2 ans saisir et numériser les textes retranscrits par René, mais aussi enrichir les documents d’origine par une somme d’informations supplémentaires : arbre généalogique, mise en place de sommaires et pages intermédiaires explicatives, photos de famille, composition et  collecte de documents, réalisation de  cartes géographiques annotées, extraits d'actes d'état civil, lettres et documents divers.
Ce livre est ensuite tiré à 12 exemplaires, distribués dans chaque branche de la famille OLIVIÉ et à l’évêché de Rodez.


******





PARTAGE

L'opération grande Collecte 14-18 a été un élément fédérateur de notre fratrie  pour honorer publiquement la mémoire d’Ernest, en décidant de faire connaître ses carnets et  leur assurer ainsi un partage universel. Mais nous avons débattu un long moment sur la manière de faire (Site officiel de collecte, blog, mise en ligne de chaque carnet 100 ans après sa date d'écriture?) et avons finalement convergé sur la création du site actuel qui consiste à mettre en ligne le livre de Yves, agrémenté d’extraits des carnets d’Ernest ,  de photos des cahiers de René , de mise en exergue de certaines phrases ou noms de lieux et faits marquants, de cartes géographiques en couleur  complétées par des annotations ciblées.
Ce site, qui  rapproche déjà  par sa mise en place les membres de la famille Foulquier, nous rapprochera des descendants de la famille de Jean-Baptiste Olivié, avec qui  nous avons, pour la plupart, perdu contact.
Nous souhaitons aussi que ce site permette le partage avec les descendants et collatéraux de tous ceux qu’Ernest a côtoyés en son temps , et qu’il cite dans ses documents.
Nous souhaitons enfin que ce site ne soit pas la fin d’une triste histoire, mais le début d’un grand échange avec tous ceux qui se sentent impliqués dans le devoir de mémoire.

Un forum d'échanges?

Aucun d’entre nous ne connaît ni n’a visité encore les lieux  où Ernest est passé.
Nous pensons donc associer ce site à un forum d’échanges existant sur la guerre de 14-18; cette nouvelle page  pourrait s’appeler «  Les amis d’Ernest Olivié »  où, par exemple, les habitants ou familiers d’un des lieux cités, ajouteront des CPA ( cartes postales anciennes) et photos de ces lieux à l’époque et aujourd’hui, et tout document ou correspondance avec Ernest qu'il pourrait être opportun d’ y ajouter.

Evidemment, ce serait un immense plaisir de pouvoir retrouver le dernier Carnet de route égaré qui couvre les derniers mois avant sa mort.
D’autres apports seront appréciés, par exemple des outils de visualisation des trajets suivis par les régiments auxquels il a appartenu, le 322° et le 96° régiments d’infanterie.
Et si 100 ans après,  nous pouvons, l’un ou l’autre membre des familles, être sur un de ces lieux, nous rencontrerons avec plaisir ceux qui feront le même pèlerinage.


******
Reposez en paix, braves Poilus, vous qui avez tant souffert pour préserver notre avenir.


Repose en paix, Cher Ernest, on t’admire et on t’aime.

Jean-Marie FOULQUIER

Pour communiquer avec les petits-neveux et petites-nièces d'Ernest OLIVIÉ, allez à la page "Contacts".

Suite : Préface du "Livre Bleu" rédigée par René FOULQUIER.


 
Retourner au contenu | Retourner au menu