http://a-pyrenean-story.pagesperso-orange.fr/hrp.htm

Récit d'une traversée des Pyrénées
via la
Haute Randonnée Pyrénéenne (HRP)
English  
Español  
Nederlands  
Deutsch  
Catalan  
  Accueil Liens Contact Les randonneurs  

Sommaire / Repertory / Directorio

Étape n°1 Þ Étape suivante
Next day / El día siguiente

Vendredi 15 juin 2001 : Hendaye-Plage à Pic de la Rhune

 

Dans la voiture de Danielle, une amie habitant la région, nous longeons la côte sur la corniche. Sans se l'avouer, nous éprouvons intérieurement une sensation d'euphorie. Le projet auquel nous pensions depuis de nombreux mois est en train de se réaliser !
Danielle nous dépose sur le bord de la plage d'Hendaye, vers 8 heures du matin. Avant de nous quitter, elle nous souhaite bonne chance, en nous enviant sans doute un peu.

Les sacs ne semblent pas encore peser lourd sur les épaules de ces fiers randonneurs. Mais vous verrez leur tête à l'arrivée, dans 8 jours : les sept à huit heures de marche quotidienne auront laissé des traces !

Il est 8 heures 37 en ce vendredi matin du 15 juin 2001, et chacun met un pied dans l'Océan. Yves remplit d'eau salée un petit tube qui, symboliquement, sera transporté jour après jour jusqu'à la Méditerranée. Quand les eaux des deux mers se mélangeront, la traversée des Pyrénées sera terminée...

Yves

Philippe

Après avoir rapidement traversé quelques rues du centre d'Hendaye, nous rejoignons l'avenue bordant l'estuaire du fleuve Bidassoa.

Au bout d'une heure de marche, nous sommes déjà dans les collines, hors de la ville. Et nous n'allons pas trouver d'autre ville avant Amélie-les-Bains, à 3 jours de la fin.

Voici déjà notre première pause. Nous voulons une dernière fois contempler Hendaye et sa baie. Un Basque s'arrête près de nous pour converser. C'est un retraité qui nous parle de sa région et de bien d'autres choses. Nous ne savons pas encore qu'elles seront bien rares les occasions de reparler à un habitant du Pays basque.

Après le village de Biriatou, le sentier ondule le long du flanc ouest du Xoldokagagna, petit sommet dominant la vallée de la Bidassoa. Nous apprécions d'être très au-dessus de la circulation intense de camions, sur la rive espagnole du petit fleuve.

Passé le col d'Osin, nous atteignons rapidement le col des Poiriers, au milieu des fougères. Le lac d'Arola rappelle de vieux souvenirs à Philippe.

En approchant du col des Joncs, nous pensons voir les premiers " pottoks ", petits chevaux basques.

Sur le flanc Nord du Mandalé, nous osons nous arrêter pour déjeuner bien que le ciel soit sombre et menaçant. Un couple de randonneurs hollandais s'arrête pour nous demander des renseignements sur leur circuit. Yves, qui balbutie quelques phrases en anglais, leur explique savamment un itinéraire qu'il ne connaît pas lui-même. Les erreurs à venir lui apprendront peut-être à être moins catégorique.
À peine assis sur des cailloux, nous découvrons horrifiés que les tiques pullulent. Craignant ces petites bestioles comme la peste, nous fuyons.

Enfin le col d'Ibardin (317 m ) avec ses ventas. Nous y effectuons quelques achats de nourriture et de boissons. Mais il n'y a pas de pain, et ce que nous trouvons est bien peu adapté au régime des randonneurs.
En quittant le col, nous croisons un couple assez âgé qui nous aborde et nous parle de St-Jacques-de-Compostelle, du tour du Mont Blanc... Comme nous, ils ont beaucoup de projets en tête !

Les ventas du col d'Ibardin

Nous voilà partis pour la Rhune, montagne emblématique du Pays basque. À proximité du col d'Ibardin, versant sud, une décharge d'ordures attire de nombreux oiseaux : corvidés, rapaces, charognards. Passons !

Une mauvaise interprétation du manuel par Yves nous fait monter pour rien au sommet d'un piton rocheux. Une demi-heure de marche supplémentaire!... Et d'une !

Deux petits cols à franchir par un sentier, parfois en sous bois, et nous voilà sur la piste espagnole qui sert à ravitailler les ventas de la Rhune.
Le dénivelé est important et la montée longue et interminable. Le rythme de Philippe baisse.

Quand nous arrivons au bout de nos peines, les 19 h sont passées. Inutile d'aller au sommet de la Rhune, les boutiques sont probablement fermées. Cinquante mètres au-dessous des bâtiments, nous coupons par un replat herbeux, et rejoignons la face orientale de la montagne.

Un sentier permet de descendre jusqu'à un plateau couvert d'herbes, de fougères et d'ajoncs. Nous y installons nos tentes en espérant qu'il n'y ait pas trop de vent pendant la nuit. Nous sommes à 600 m d'altitude et la pénombre commence déjà à envahir notre campement, tandis que le sommet de la Rhune disparaît dans le brouillard. C'est la première fois que Yves fait du camping en montagne et Philippe lui donne quelques conseils judicieux.

La nuit sera bercée par le tintement des clochettes des chevaux en liberté. Malgré un petit coup de vent dans la nuit, les tentes tiennent bon, et nos deux randonneurs trouvent facilement le sommeil.

Nous vous proposons une page internet sur Hendaye, Biriatou et la Rhune.

Ý Haut de la page
Top of page / Principio de página
Þ Étape suivante
Next day / El día siguiente

Copyright
Réalisation du site : Yves FOULQUIER.
Textes du récit :Yves FOULQUIER et Philippe POUSSOU.
Poèmes : Philippe POUSSOU.